Emancipées

cover symptomes nidation

Symptôme de nidation : peut-on détecter une grossesse avant même le retard de règles ?

Entre le moment où un spermatozoïde féconde un ovocyte et celui où la présence du nouvel embryon est détectable par un test de grossesse, il se passe environ 14 (interminables) jours. 

Si on ne perçoit rien, ou presque, pendant ces deux semaines, notre corps, lui, travaille avec acharnement pour que la fécondation soit réussie et que l’oeuf vienne bien s’implanter dans notre utérus : c’est ce qu’on appelle la nidation. 

Vous n’en pouvez plus d’attendre et aimeriez savoir si cette implantation peut être perçue et s’il existe des symptômes de nidation ? Vous êtes particulièrement à l’écoute de votre cycle et de votre corps et pensez avoir ressenti de tels symptômes ? Vous voulez s’assurer qu’ils sont bien un signe de nidation et pas d’un syndrome prémenstruel annonçant vos prochaines règles ?

On vous explique tout ce qui est raisonnablement perceptible pendant cette loooongue attente du test de grossesse ! 

femme culotte fleur

Symptômes de nidation : qu’est-ce qu’il se passe là dedans ?

Pour comprendre pourquoi on pourrait ressentir le moment de la nidation, il faut revenir rapidement sur les étapes qui la précèdent. 

Quelques jours avant votre ovulation, vous commencez à être fertile du fait de la présence de glaire cervicale, qui peut maintenir les spermatozoïdes en vie jusqu’à 5 jours. Le rapport sexuel ayant donné lieu à la fécondation n’a donc pas forcément lieu le jour où vous ovulez, mais dans une fenêtre s’ouvrant 5 jours avant et se fermant le lendemain (l’ovule pouvant vivre entre 12 et 24 heures).

phase folliculaire standard

La rencontre entre ovocyte et spermatozoïde a donc lieu pendant cette très courte période d’une journée maximum, même si le rapport a eu lieu plus tôt. C’est ce qu’on appelle la fécondation, qui se déroule au sein des trompes de Fallope et qui est considérée comme le jour 1 de la grossesse.

Pourtant, avant que l’embryon ne soit vraiment en place, il se passe encore quelques jours. D’ailleurs, saviez-vous qu’⅓ seulement des ovules fécondés allaient s’implanter dans l’utérus, les ⅔ restants échouant avant et n’allant jamais jusqu’à l’étape de la nidation ?

Pour le ⅓ victorieux, l’oeuf fécondé (appelé blastocyste) va alors commencer sa division cellulaire et descendre lentement le long de la trompe de Fallope, en direction de l’utérus, sa destination finale pour les 9 mois à venir. Cette progression dure environ 5 jours

Une fois arrivé à bon port, l’oeuf tâtonne un peu puis s’implante progressivement dans la muqueuse de l’utérus. C’est à ce moment là qu’il devient un embryon, accompagné d’un placenta. 

En tout, ce voyage dure 6 à 12 jours, avec une moyenne de 9 jours.

saignement de nidation

NB : il arrive que l’implantation ne se fasse pas dans l’utérus mais dans la trompe ou encore dans l’ovaire : c’est ce qu’on appelle une grossesse extra-utérine, qui est très rare (1% des grossesses) et qui n’est pas viable. 

Ce phénomène de nidation fait grimper plusieurs hormones : les oestrogènes, la progestérone et la fameuse hCG (human chorionic gonadotropin, détectée par les tests de grossesse), afin de soutenir votre utérus pour qu’il héberge et développe l’embryon. Au contraire, en l’absence de fécondation, ces hormones chutent brutalement 14 jours environ après l’ovulation, produisant les règles. 

hormones

Est-il possible de détecter la nidation ?

La nidation : le déclencheur des hormones de grossesse

Classiquement, le phénomène utilisé pour confirmer une grossesse est le dosage de l’hormone hCG qui, vous l’avez compris, ne commence à être sécrétée qu’après la nidation et ce de façon exponentielle (elle double tous les 2 jours environ, commençant à 8 UI/l avant la nidation et se stabilisant autour de 5000 UI/l). 

Autrement dit, les premiers jours qui suivent l’implantation de l’embryon, elle est encore si faible qu’aucun test ne peut la mesurer.

Raison pour laquelle les tests de grossesse ne fonctionnent qu’à partir du retard des règles. 

Cela n’a en réalité rien à voir avec les règles, c’est une question de timing, les règles intervenant en moyenne 14 jours après l’ovulation : l’hormone hCG a alors suffisamment pu monter pour être repérable

Seuls les tests précoces font preuve d’une sensibilité telle qu’ils peuvent être positifs dès 10 jours après l’ovulation (soit 4 jours plus tôt que les autres). 


La nidation provoque-t-elle des symptômes ?

Oui mais alors, hormis cette hormone, y’a-t’il des symptômes de nidation qui peuvent être perçus avant ce fameux retard de règles ? Peut-on avoir ressentir le moment où l’embryon vient se nicher ?

Alors, techniquement, non. C’est imperceptible (même si certaines femmes le “pressentent”, on est au delà du scientifique là, mais c’est un fait pour beaucoup d’entre nous !). 

Toutefois, ce phénomène peut mécaniquement provoquer un petit saignement, du fait des vaisseaux sanguins abîmés par l’embryon lorsqu’il s’accroche. 

Etapes de la nidation de l’embryon dans l’utérus

Par ailleurs, figurez-vous que la hCG n’est pas la seule hormone à monter en flèche après l’implantation, c’est aussi le cas de la progestérone dont le rôle est d’épaissir la muqueuse de l’utérus pour maintenir l’embryon. 

Et ces deux hormones ont divers impact sur votre corps qui, eux, peuvent être éprouvés. 

Donc si on récapitule : jusqu’à 10 jours après la fécondation, rien ne peut être perçu. A partir de l’implantation, des symptômes de nidation peuvent apparaître, soit du fait des hormones, soit en raison du phénomène d’implantation lui-même. Ensuite à partir du 14e jours post fécondation, un test de grossesse peut détecter l’hormone hCG.

Ca fait donc 4 jours de rab, c’est déjà pas mal non ?! Mais attention, chaque femme est unique. Les symptômes de nidation que l’on vous liste juste après ne sont absolument pas universels, les avoir ne signifie pas que vous êtes enceinte et ne pas les ressentir ne veut pas du tout dire que vous ne l’êtes pas ! On prend tout cela avec des pincettes bien sûr. 


Les symptômes de nidation les plus courants

Le saignement d’implantation

On vous en parlé longuement dans un article, l’implantation de l’embryon dans l’endomètre (autre nom de la paroi de l’utérus) peut causer un saignement léger, clair et peu abondant. Lorsqu’on sait le différencier des règles et du spotting d’ovulation, c’est un signe de nidation très éloquent, qui concerne environ 1 femme sur 3.

gouttes de sang

L’augmentation des pertes blanches

Vous le savez si vous avez l’habitude de nous lire, la glaire cervicale est produite sous l’effet des oestrogènes, en faisant le principal signe que l’ovulation arrive. 

Après une fécondation, les oestrogènes ne redescendent pas et cela peut engendrer une production de glaire, donnant l’impression aux futures mamans qu’elles ont des pertes blanches très importantes.  


Les douleurs de nidation

Certaines femmes ressentent des crampes au niveau de l’abdomen, voire du dos, probablement due au pic d’hormones, même si aucune étude n’a été menée sur la question. Il peut être difficile de les différencier d’un syndrome prémenstruel, d’où la grande incertitude de cette période.


Les tensions dans la poitrine

Toujours du fait du grand chamboulement hormonal, les seins peuvent être tendus voire douloureux dès la nidation, ce symptôme s’accentuant durant les premiers mois de grossesse. 

Les mamelons peuvent aussi devenir plus foncés et être recouverts de petits points blancs (appelés tubercules de Montgomery). 

Fermeture fenêtre de fertilité

D’autres symptômes de nidation

On devrait plutôt parler de symptômes précoces de grossesse, car ils sont davantage liés à la grossesse qu’au phénomène de nidation lui-même. Mais ils peuvent intervenir très tôt, dès la nidation, et être donc perçus avant le retard de règles.

Les ballonnements

La progestérone peut venir perturber votre transit, vous rendant constipée ou ballonnée. 

Les nausées

Arrivant plutôt à partir de la 4e semaine de grossesse, les nausées peuvent toutefois se faire connaître de façon plus précoce, toujours à cause de cette fameuse progestérone !

Une fatigue inhabituelle 

Votre métabolisme tourne à plein régime pour implanter l’embryon et le maintenir en place : cela cause une grande fatigue, perçue par presque toutes les femmes enceintes pendant le premier trimestre. Surtout, les forts taux de progestérone sont directement responsables de cet état de somnolence inhabituel. 

Les changement dans les goûts alimentaires

Les maux de tête

Les sautes d’humeur 

Les envies fréquentes d’uriner

L’acné 

Pour tous ces maux, vous connaissez forcément les coupables ? Et oui, encore un coup des hormones bien sûr !


L’absence de règles 

Last but not least, c’est évidemment LE symptôme de nidation le plus fiable, celui qui confirme que la fécondation a bien eu lieu. Mais il faut forcément attendre quelques jours après la nidation pour le percevoir….

sang culotte règles

Alors, on y croit aux symptômes de nidation ?

La période qui sépare le rapport sexuel que l’on suspecte d’être “le bon” et le test de grossesse est interminable pour certaines femmes.

De là à rechercher des symptômes de nidation pour se raccrocher à quelque chose ? Si l’idée n’est pas 100% scientifique, elle est loin d’être aberrante et de nombreux signes peuvent venir confirmer qu’un embryon s’est bien implanté dans notre utérus. 

Pour autant, ne pas ressentir de tels symptômes de nidation ne signifie en aucun cas qu’il n’y a pas de grossesse : chaque femme a un ressenti différent, celles qui ont l’habitude d’observer leur cycle ayant plus de chances de percevoir des indices que les autres. 

Le signal le plus fiable reste le test de grossesse, alors nous n’avons qu’un dernier conseil à vous donner : faire preuve d’un peu de patience…!

Vous avez ressenti l’un de ces symptômes ? Ou un autre ? Venez nous partager votre expérience en commentaire !

8 réflexions au sujet de “Symptômes de nidation”

  1. Bonjour,

    Je suis rendue à cycle 3 et j’observe scrupuleusement mes glaires cervicales. Je n’ai jamais perçu les filantes blanc d’œufs mais j’ai perçu celles très liquides mais qui ne s’étirent pas. Comme les glaires sont produites au niveau du col, est-ce possible qu’elles soient présentes sans que je le sache?
    Suite à un rapport dans la période d’ovulation, en allant me nettoyer, j’en avais plein les mains qui s’Étiraient beaucoup. Est ce possible qu’elles soient les glaires filamenteuses?

    Merci

    Répondre
    • Bonjour Diana,
      On utilise souvent la métaphore du blanc d’oeuf pour caractériser la glaire très fertile mais en réalité, la plus fertile est celle qui est tellement glissante qu’elle en devient transparente. On doit alors se concentrer sur la sensation (qui ressemble à l’écoulement des règles voire à de l’urine) plus que sur le visuel, car la glaire n’est pas perceptible dans la culotte (sauf si on regarde tout de suite, auquel cas c’est mouillé).
      Ce que vous observez semble donc ressembler à une glaire très fertile, signe de l’ovulation.
      Et concernant votre autre question, oui la glaire est produite au niveau du col, on la perçoit donc plus tard, lorsqu’elle s’écoule. Raison pour laquelle certaines femmes palpent aussi leur col pour voir s’il est humide et avoir une vision en temps réel de leur fertilité.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

      Répondre
  2. Bonjour
    J’ai retirer mon stérilet hormonale le 25 juin. Et aucun menstruation depuis 7 ans. Donc autant vous dire que je peu pas me fier à mes règles.
    J’étais en relation élevé depuis le mardi 30 juin ce qui a duré jusqu’au lundi suivant c’est-à-dire le 6 juillet. Donc un petit saignement rosée très léger le samedi matin et un autre un peu plus abondant mais que pendant les urines de mardi au réveil jusqu’à mercredi soir. Du coup si je calcule bien par rapport à mon ovulation 14 jours après je devrais avoir mes règles vers la vingtaine de juillet.
    Donc comment faire pour voir j’ai eu des règles ou si c’était une nidation ?

    Répondre
    • Bonsoir Stéphanie,
      Je ne suis pas certaine de comprendre tout votre message, qu’entendez-vous par « relation élevée » ?
      Plus globalement, j’explique dans l’article comment différencier le saignement de nidation et les règles (date d’arrivée, couleur, abondance).
      Mais si vous n’arrivez pas à distinguer, j’attends donc de vos nouvelles pour mieux comprendre ; )

      Répondre
  3. Bonjour,

    Article intéressant !
    Pour ma part, je suis sortie de la zone d’ovulation il y a 7j maintenant. J ai un cycle de 33j et logiquement je devais avoir mes règles la semaine prochaine. Sauf que j ai perdu un peut de sang vraiment pas grand chose avec des petites pertes rosée, surprise. Mais c’est repartie tout aussi rapidement. Je ne sais donc pas si c’est un nouveau cycle en préparation ou peut-être une nidation ou autre chose encore. J ai plus qu’à attendre maintenant.
    Merci pour votre article, ça ma appris encore plus de chose sur notre crop.

    Répondre
    • Bonjour Victoire,
      Je trouve votre commentaire seulement aujourd’hui, désolée ! Du coup, vous avez pu déterminer ce dont il s’agissait ? Nidation ou cycle plus court et donc arrivée des règles ? N’hésitez pas à me donner des nouvelles !

      Répondre
  4. Bonjour,
    Je suis un peux inquiète car j’ai des cycles réguliers de 28 jours.
    J’ai était indisposed du 4 au 11 mai, d’après le calendrier j’aurais dû avoir l’ovulation le 18 mai, la nidation le 23 mai et les prochaines règles le 1 er juin.
    Du 12 au 15 j’ai eu des rapports à risques et ce matin le 23 en me levant j’ai eu un saignement de quelque seconde puis plus rien et ct rose rouge clair.
    Quesque sa pourrait être ?

    Répondre
    • Bonjour Anna,
      Merci pour votre message et votre intérêt !
      Alors déjà, il faut bien avoir en tête que ce n’est pas parce qu’on a des cycles réguliers de 28 jours que l’ovulation arrive forcément au jour 14, d’où l’intérêt de bien savoir la détecter ; )
      De même pour la nidation, elle intervient entre 6 et 12 jours après le rapport fécondant, pas nécessairement 6 jours tout pile après l’ovulation.
      Enfin, même chez quelqu’un qui a toujours un cycle très régulier, ce n’est pas une science exacte et plein d’éléments peuvent avoir un impact sur sa durée (en ce moment par exemple avec le confinement, énormément de femmes ont eu des retards de règles, du fait du chamboulement que cela a provoqué dans leurs habitudes !).
      Bref, ces rappels étant faits, il est possible que le saignement que vous avez observé soit un saignement d’implantation, s’il est intervenu environ 6 jours après un rapport potentiellement fécondant et qu’il était clair et en faible quantité. Hélas, la seule façon de le confirmer est de faire un test de grossesse, il faudra attendre encore quelques jours pour cela.
      En tout cas, je ne comprends pas dans votre message si une grossesse est désirée ou non mais j’espère de tout mon coeur que ces saignements vont dans le sens de votre projet.
      Vous me tiendrez au courant ? A très bientôt !!

      Répondre

Laisser un commentaire

À PROPOS

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

PAGES ASSOCIÉES

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?