Emancipées

Cover règles

Les règles, un mécanisme bien plus utile qu’il n’en a l’air !

Règles, menstruations, menstrues, ragnagnas, etc., s’il existe de nombreux termes pour les décrire, une de leurs caractéristiques fait l’unanimité (ou presque) : on se passerait bien volontiers d’elles !

Et pourtant, les règles sont loin d’être un phénomène inutile, aléatoire voire, pire, sale ou honteux. 

Elles sont le signe que chaque mois, notre corps est fertile. Elles jouent un rôle de premier plan dans notre fécondité mais aussi dans notre féminité et notre santé en général ! C’est en quelque sorte un super pouvoir que les hommes n’ont pas ; )

Le souci est que la grande majorité des femmes ne sont pas armées pour écouter leur cycle menstruel et n’entendent donc pas tout ce que leurs règles ont à leur dire (en tout cas de positif !). En effet, l’UNESCO a révélé que 2 filles sur 3 n’ont aucune idée de ce qui se passe dans leur corps quand leurs règles arrivent

Vous voulez comprendre ce que signifient vos règles, pourquoi elles sont parfois douloureuses, comment elles pourraient l’être moins ? On vous explique tout !

femme règles fleur

Les règles, qu’est-ce que c’est ?

Les règles correspondent au moment du cycle menstruel où une femme perd du sang qui s’écoule de son vagin, pendant 2 à 8 jours (avec une moyenne de 5). Plus précisément, il s’agit d’un mélange de sang (le même que celui qui coule dans vos veines !), de sécrétions vaginales et de cellules de la muqueuse utérine (qu’on appelle l’endomètre). 

Le saignement est en général plus abondant et plus rouge les jours 2 et 3, puis plus léger et rosé ou marron en fin de menstruations. 

Elles interviennent de façon cyclique, tous les 21 à 35 jours environ, la moyenne étant de 28 jours. Quand on observe son cycle, le premier jour des règles correspond au jour 1 du cycle. 

En termes de quantité, même si elles paraissent parfois impressionnantes, une femme ne perd en général que 40 à 80 ml de sang, soit l’équivalent de 2 à 3 cuillères à soupe.

Enfin, s’agissant du timing, elles démarrent à la puberté, entre 10 et 16 ans, et s’achèvent lors de la ménopause, autour de 50 ans. Cette période correspond au moment de sa vie où la femme est fertile, c’est-à-dire où elle peut avoir un enfant (contrairement à l’homme qui est fertile de sa puberté jusqu’à sa mort). 

Au total, une femme a donc ses règles environ 450 fois au cours de sa vie, ce phénomène cyclique n’étant interrompu que par les grossesses et l’allaitement éventuels, mais aussi par certains contraceptifs hormonaux. 

cycle menstruel

Que signifie l’arrivée des règles lors de chaque cycle ?

On l’a dit, les règles n’interviennent pas par hasard. Elles sont le signe que, pendant le cycle précédent, aucune fécondation n’a eu lieu.

Raison pour laquelle les femmes qui ont “pris un risque” sont soulagées de les voir arriver, tandis que celles qui espèrent une grossesse les interprètent comme un difficile constat d’échec. 

Plus concrétement, chaque cycle menstruel se découpe en 4 phases :

  • Les règles, qui démarrent un nouveau cycle mais sont en fait l’achèvement du cycle précédent (on y revient !).
  • La phase pré-ovulatoire, au cours de laquelle, sous l’effet d’hormones, les oestrogènes, votre corps fait maturer un ovule dans l’un de vos ovaires et fait grossir la paroi de votre utérus pour qu’en cas de fécondation, un embryon puisse venir s’y implanter. En quelque sorte, il prépare un nid bien douillet pour un futur bébé, en rajoutant des couches vascularisées (donc gorgées de sang) sur votre endomètre pour qu’il soit le plus confortable possible. 
  • La phase ovulatoire, lors de laquelle l’ovule est libéré et votre corps produit de la glaire cervicale fertile : c’est là que tout se joue ! Soit l’ovule est fécondé par un spermatozoïde, et l’embryon va venir se nicher dans le fameux nid, soit il n’y a pas de fécondation, et l’ovule est détruit au bout de 12 à 24h. 
  • La phase post-ovulatoire, au cours de laquelle votre corps n’a pas encore identifié s’il y avait eu, ou non, une fécondation. Une autre hormone entre alors en jeu, la progestérone, pour faire en sorte  que le nid reste bien en place pour accueillir l’éventuel embryon. Ce “doute” dure environ 14 jours, aux termes desquels le corps réalise s’il y a ou non un embryon.
Cycle menstruel 4 phases

S’il est présent, il est accueilli dans le nid qui reste en place les 9 prochains mois et les hormones restent élevées. Raison pour laquelle on n’a pas de règles enceinte.

En revanche, en l’absence d’embryon, le nid n’a plus lieu d’être et il doit être évacué : les fameuses couches vascularisées de l’endomètre se détachent, donnant lieu aux règles, qui marquent le début d’un nouveau cycle ! Les hormones chutent d’un coup, avant de remonter progressivement pour faire mûrir un nouvel ovule. 

Et ainsi de suite, jusqu’à ce que le nid ait “enfin” une utilité et que le cycle s’interrompe le temps de la grossesse.

Les règles sont donc le signe que votre corps est bien fertile, qu’il s’est préparé à accueillir une grossesse mais que, faute de rapport fécondant, il remballe son attirail et l’évacue.

Mais les règles ne signifient pas que le corps se nettoie ou qu’il se purifie. Il reste propre et pur pendant les règles ! Ce n’est que le signe qu’il n’a pas été fécondé et qu’il doit donc se débarrasser d’une couverture qu’il a construit pour rien. C’est tout !


Questions fréquentes autour des règles 

C’est quoi, des règles “normales” ? 

On le dit et on le répète ; chaque femme et chaque cycle menstruel sont uniques ! Parler de norme en la matière est bien ambitieux. 

Toutefois, on peut identifier des indices qui doivent vous mettre la puce à l’oreille et vous amener à consulter :

  • Des règles qui durent plus de 8 jours 
  • Des règles qui interviennent à un intervalle de moins de 21 jours ou de plus de 35 jours (sauf en début de puberté, avant la ménopause ou après l’arrêt d’un contraceptif hormonal, le cycle peut être beaucoup plus long)
  • Des saignements très abondants, vous obligeant par exemple à changer de tampon toutes les heures 
  • Des menstruations qui n’ont pas encore démarré après l’âge de 16 ans
  • Des saignements en dehors des règles (autres qu’un spotting d’ovulation ou qu’un saignement de nidation)
  • Des douleurs de règles anormales ou de la fièvre 

Sous pilule, on a des “fausses” règles ?

La réponse est oui, les règles sous pilule ne sont pas le résultat d’une absence de fécondation lors de la phase ovulatoire puisque avec une pilule (et toute autre contraceptif hormonal combiné), il n’y a pas d’ovulation.

Techniquement, on devrait plutôt parler de “saignement de privation”, dû à l’arrêt de la prise d’hormones de synthèse. On s’explique : avec un contraceptif hormonal, vous prenez des hormones de synthèse pendant 21 jours (en général, cela peut varier d’une pilule à l’autre), puis des comprimés placebo, sans hormones, pendant les 7 derniers jours. 

Pendant les 21 premiers jours, les hormones bloquent votre cycle naturel et votre corps n’ovule pas et ne fait pas épaissir l’endomètre. 

Lors des 7 jours sans hormone, cette privation hormonale entraîne un saignement, plus léger qu’au naturel puisqu’il n’y a pas de “nid” à évacuer. 

NB : ce raisonnement vaut pour les contraceptifs hormonaux combinés (à base d’oestrogènes et de progestérone de synthèse), les plus courants. S’agissant des contraceptifs progestatifs (composés uniquement de progestérone), seuls ceux à base de désogestrel bloquent l’ovulation, tandis que ceux à base de lévonorgestrel ne la suppriment pas mais modifient l’endomètre pour empêcher la nidation. 

En synthèse, les règles sous pilule sont des “fausses” règles, ou encore des règles artificielles, dont l’objectif est simplement de rassurer les femmes sur le fait qu’elles ont un cycle. Il existe d’ailleurs des pilules qui s’affranchissent de cette illusion et qui suppriment complètement les règles. 

Mais le cycle est en sommeil, le contraceptif simule un état de grossesse permanent pour qu’il ne prépare pas l’ovule et le nid chaque mois. 


Est-il possible de ne plus avoir ses règles ?

Hormi le cas des contraceptifs hormonaux, il y a des moments dans la vie d’une femme où elle n’a plus ses règles. On parle d’aménorrhée, sachant qu’elle peut être primaire ou secondaire : 

  • L’aménorrhée primaire, chez une filles de plus de 16 ans (ou de plus de 14 ans mais pubère depuis plus de 2 ans) qui n’a encore jamais eu ses règles 
  • L’aménorrhée secondaire, chez une femme déjà réglée qui a une interruption dans ses menstruations pendant plus de 3 mois, principalement en période de grossesse, d’allaitement ou à la ménopause, mais aussi en cas de maladie, d’anorexie, de stress important, de prise de certains médicaments mais aussi d’une pratique sportive trop intense.

Dans tous les cas de doute, on vous conseille d’en parler avec votre médecin. 

Par ailleurs, avec un contraceptif hormonal, on n’a plus de règles non plus, ce sont des « fausses » règles appelées hemorragies de privation. Certaines pilules prises en continu ont même pour effet de supprimer totalement les saignements.


Est-il grave d’avoir des règles irrégulières ?

Au début de la puberté, les règles sont très irrégulières et c’est normal, le cycle menstruel se met en place et n’ovule pas à tous les coups. Idem avant la ménopause, il s’arrête progressivement. 

Ensuite, chaque cycle est unique et le mythe selon lequel les règles arrivent tous les 28 jours doit être déconstruit ! (sauf sous contraceptif hormonal bien sûr, mais on l’a vu, c’est artificiel). 

gouttes de sang

La seule chose qui est sûre est que les règles arrivent entre 11 et 16 jours après l’ovulation, avec une moyenne à 14 jours. Donc lorsque l’on sait observer son cycle, il est facile de repérer son ovulation et donc d’anticiper l’arrivée des règles. Sinon, c’est plus compliqué car la phase pré-ovulatoire, quant à elle, varie beaucoup d’un cycle à l’autre (on vous en parle dans notre article sur le concept de calendrier d’ovulation).

Un retard de règles est souvent le signe d’une grossesse. Mais il peut aussi s’agir d’un léger déréglement hormonal ou d’une période de stress : consultez sans tarder, on n’est jamais trop prudente !


Peut-t’on tomber enceinte pendant ses règles ?

La réponse est oui ! La phase pré-ovulatoire peut être très courte et commencer dès la fin des règles. Or, les spermatozoïdes ayant une durée de vie de 5 jours en présence d’une glaire fertile, si vous ovulez moins de 5 jours après la fin de vos règles, un rapport sexuel pendant les règles peut être fécondant.

cycle menstruel court
Exemple de cycle court avec une période fertile qui s’ouvre dès la fin des règles

A-ton toujours ses règles lorsqu’on est enceinte ?

Non, la grossesse stoppe les règles car le nid est maintenu pour que le bébé s’y développe. En revanche, on peut constater quelques saignements, notamment lors de la nidation. N’hésitez surtout pas à en parler à votre médecin.


Est-il normal d’avoir des douleurs de règles ?

En matière de règles douloureuses, il faut distinguer : 

  • Les crampes ou douleurs abdominales, appelées dysménorrhées, qui ont une explication mécanique : l’endomètre produit une substance, la prostaglandine, pour favoriser son élimination. Cette prostaglandine provoque une contraction de l’utérus qui peut engendrer des douleurs au ventre, mais aussi d’autres petits désagréments comme des maux de dos, des ballonnements voire un mal de tête (on parle dans ce cas de « douleur projetée », qui provient de la contraction mais qui se projette dans une autre partie du corps). . 

Cela peut démarrer avant le début des règles, c’est ce qu’on appelle le syndrome prémenstruel (ou SPM). 

Ce n’est pas du tout systématique, certaines femmes ne ressentent pas les contractions, mais c’est en tout cas normal et ça ne doit pas vous inquiéter. 

  • Les douleurs plus importantes, avant et pendant les règles, accompagnées d’une grande fatigue, de malaises, etc., qui ne sont quant à elles pas normales et qui peuvent être le signe d’un dysfonctionnement, notamment d’une endométriose (cela concernerait 40% des femmes ayant des douleurs de règles intenses) ou encore d’un fibrome.

On a tendance à répondre à ces douleurs de règles en prescrivant la pilule de façon systématique, ou en se gavant d’anti douleurs. Or, il existe de nombreuses façons plus naturelles de les atténuer : du sport de façon modérée, des techniques de respiration et de relaxation, du yoga, des massages, des habitudes alimentaires pour rééquilibrer ses hormones, mais aussi le recours à une bouillotte ou un bain chaud. 


L’humeur change-t-elle pendant les règles ?

Le cycle menstruel d’une femme n’est pas linéaire et selon les périodes et les hormones dominantes (oestrogènes ou progestérone), son énergie et son humeur pourront varier. 

Les règles, que l’on compare à l’hiver du cycle et qui sont marquées par une chute brutale des hormones, sont un moment où on a souvent besoin de chaleur, de repli sur soi, d’hibernation, d’introspection, de concentration.


Quelles sont les alternatives aux tampons et aux serviettes jetables pendant les règles ?

Aujourd’hui, l’offre en matière de protections périodiques s’est largement ouvertes et il existe de nombreux moyens naturels, réutilisables et sans perturbateurs endocriniens ni substances chimiques, de se protéger pendant ses règles : 

  • Serviettes hygiéniques lavables
  • Tampons bios 
  • Cup menstruelle
  • Culotte de règles 

Alors, vous faites la paix avec vos règles ?

On espère avoir répondu à la plupart de vos interrogations sur les règles et vous avoir convaincu qu’elles sont loin d’être taboues ou honteuses et devraient, au contraire, être accueillies comme un signe de votre féminité. D’autant qu’il est possible de les vivre sans douleurs, en étant à l’écoute de son corps, de son cycle et de ses fluctuations hormonales. 

Vous avez encore des questions ? Venez nous en parler en commentaire !

2 réflexions au sujet de “Règles”

  1. Bonjour,

    Ma question concerne le 1er jour des règle.
    1)Comment déterminer le 1er jour de ses règles? Est-ce que les jours où il y a juste des petites pertes noirâtres ou rosées comptent ou bien faut-il attendre le jour où l’écoulement est plus important, par exemple à partir du jour où une protection est nécessaire?
    2)Comment calculer le jour 1? J’ai lu qu’il fallait compter le 1er jour le lendemain de l’arriver des règles? Donc j’ai mes règles à 15h lundi, le 1er jour es considéré comme le mardi ?
    Merci de votre éclairage.
    Cordialement,

    Répondre
    • Bonjour Victoire,
      Le premier jour des règles est, par convention, le premier jour de saignements abondants. Donc les spottings que tu peux observer avant appartiennent au cycle précédent, il peut s’agir d’un peu de sang qui se détache.
      Et pour le calcul, non si tu as des saignements abondants le lundi, le premier jour de ton cycle est le lundi !
      J’espère que c’est plus clair, à bientôt !

      Répondre

Laisser un commentaire

À PROPOS

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

PAGES ASSOCIÉES

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?