Emancipées

pertes blanches enceinte

Perte blanche grossesse : tout ce qu’il faut savoir sur les pertes vaginales pendant la grossesse

Quand on est enceinte, de multiples bouleversements s’opèrent dans notre corps et il y a parfois un changement dont on se passerait bien : l’augmentation des pertes blanches !

Au delà du fait que ce soit un peu inconfortable, on peut être surprise par leur abondance et se demander si tout est normal ou, au contraire, si c’est un signe qu’il y a un souci avec la grossesse.

Dans ce qui suit, on va voir ensemble quelles pertes blanches sont normales pendant la grossesse et celles qu’il faut surveiller et qu’on préfère éviter. On va aussi vous donner quelques astuces pour mieux vivre avec ces pertes parfois un peu trop présentes 😉



Petit rappel sur les pertes blanches

Pour commencer, laissez-nous vous présenter les fameuses pertes blanches ! Les pertes blanches, que l’on appelle aussi « pertes vaginales », « mucus vaginal » ou « leucorrhée » (leur doux nom scientifique) sont des sécrétions, qui s’écoulent du vagin.

Elles regroupent à la fois les sécrétions issues de l’auto-nettoyage du vagin, la glaire cervicale (qui est produite par le col de l’utérus et ultra précieuse pour lire son cycle menstruel) et la cyprine, qui est cette perte liquide que l’on sécrète lors de l’excitation sexuelle.

Elles sont absolument normales, physiologiques et n’ont rien de sale ou de honteux 😉 On en produit tout au long de notre vie de femme, elles sont juste plus abondantes pendant la grossesse et on va vous expliquer pourquoi.


Les pertes vaginales sont-elles normales pendant la grossesse ?

Oui, en raison des changements hormonaux en cours ! Les pertes blanches se stabilisent durant le deuxième trimestre de grossesse et sont en général en augmentation à l’approche de l’accouchement.


Pourquoi les pertes blanches sont plus abondantes pendant la grossesse ?

A partir du moment où un bébé a décidé de se nicher dans votre utérus, l’enveloppe qui entoure l’embryon commence à sécréter une hormone bien particulière : la beta hCG. Et cette hormone, elle a une mission, mais THE mission : permettre à la grossesse de se poursuivre, avec le renfort des oestrogènes et de la progestérone, les hormones de la femme par excellence !

hormones féminines en début de grossesse

Or, toute cette cascade hormonale n’est pas sans conséquence : en plus de permettre au bébé de bien se développer, elle va avoir un impact sur les pertes blanches pendant la grossesse. En effet, l’un des rôles des oestrogènes est de favoriser la production de glaire cervicale et de la fluidifier : du coup, qui dit plus d’oestrogènes, dit forcément plus de glaire cervicale blanche et crémeuse, voire carrément translucide et étirable !

Dans le même temps, la progestérone va quant à elle « se servir » de tout ce mucus, de toute cette glaire cervicale pour former le bouchon muqueux à l’entrée du vagin, dés là quatrième semaine de grossesse. Comme son nom l’indique, le bouchon muqueux va servir de bouclier et protéger l’utérus d’une bactérie ou d’une infection pendant la grossesse.

Par ailleurs, l’augmentation des oestrogènes combinée à l’irrigation plus intense de la zone du petit bassin en période de grossesse permet un renouvellement plus rapide des cellules qui tapissent le vagin.

Avec tout ça, forcément, c’est le branle-bas de combat dans nos sous-vêtements, du début à la fin de la grossesse !!


A quoi ressemblent les pertes vaginales quand on est enceinte ?

Les pertes vaginales en début de grossesse

Ce n’est pas forcément le cas pour toutes les femmes, mais les pertes blanches peuvent démarrer dés le début de la grossesse : une semaine après l’ovulation, les futures mamans peuvent remarquer une modification de leurs pertes, avec des leucorrhées crémeuses, laiteuses voire blanc d’oeuf, plus ou moins abondantes. Elles ne sont pas systématiques, mais elles peuvent être un signe précoce de grossesse 🙂

On a rédigé pour vous un article vraiment focus sur les pertes blanches en début de grossesse chez la femme enceinte, n’hésitez pas à aller le consulter 😉

Les pertes vaginales pendant la grossesse

Une fois la grossesse bien entamée (à la fin du premier trimestre), les pertes blanches vont rester abondantes, mais se stabiliser. Voici un petit panorama des invitées qui peuvent squatter vos culottes d’ici la fin de votre grossesse ! Certaines sont OK mais d’autres sont clairement « persona non grata » dans nos sous-vêtements, donc autant apprendre à les reconnaître 🙂

pertes blanches ou jaunes pendant la grossesse

Pertes blanches

En cours de grossesse, les pertes vaginales sont donc plus abondantes, crémeuses, visqueuses, blanches ou translucides, et surtout, elles sont indolores et inodores !

Pertes jaunes

Vos pertes blanches peuvent aussi être de couleur jaune : c’est tout à fait normal et cela arrive car les leucorrhées sont produites en très grande quantité par les cellules de votre vagin et de votre col de l’utérus.

pertes rosées grossesse

Pertes rosées/marrons

Vos pertes vaginales peuvent également être rosées/marrons : cela signifie qu’elles contiennent un peu de sang. La grossesse est une période où les petits saignements, peuvent être plus fréquents et souvent sans gravité : la circulation sanguine est plus intense et de petits vaisseaux peuvent céder suite à un rapport sexuel ou un examen gynécologique, par exemple. Ce n’est pas alarmant, mais n’hésitez néanmoins pas à en parler à votre médecin ou votre sage-femme si vous avez le moindre doute 🙂

fuites urinaires grossesse

Fuites urinaires

Brisons tout de suite ce tabou : les fuites urinaires sont totalement normales pendant la grossesse ! En effet, le bébé vient appuyer sur la vessie et le sphincter de l’urètre peut être plus fragile quand on attend un enfant ou qu’on a déjà accouché. Les fuites urinaires sont facilement reconnaissables, puisqu’elles sont liquides, plutôt de couleur jaune et parfois odorantes.

Si vos fuites urinaires sont fréquentes et vous posent problème, vous pouvez tout à fait en parler à votre sage-femme ou votre gynéco.

Les pertes vaginales en fin de grossesse

En fin de grossesse, il n’est pas rare de constater une nouvelle augmentation des pertes blanches ! Les hormones sont effectivement toujours au climax, provoquant un raz-de-marée dans nos culottes.

De plus, c’est aussi à ce moment là que l’on peut perdre le bouchon muqueux ! Cette perte se fait parfois en une seule fois (avec un gros amas de glaire gluante) et peut aussi se faire en plusieurs fois. La perte du bouchon muqueux est un signe que le corps (et surtout le col de l’utérus) se prépare au début du travail, sans être le symptôme d’un accouchement imminent et que la grossesse est arrivée à son terme.

Pour aller plus loin et creuser le sujet de manière plus spécifique, je vous renvoie vers notre article Tout savoir sur les pertes blanches en fin de grossesse 😉


gynécologue

Pertes blanches enceinte : quand faut-il s’inquiéter et consulter ?

Comme dit précédemment, si les pertes blanches sont totalement normales pendant la grossesse, certaines d’entre elles peuvent nous indiquer qu’il y a un problème. Voici les pertes vaginales à surveiller et qui doivent vous amener à consulter un médecin (votre gynécologue ou votre sage-femme par exemple) :

En cas de saignements

Si vous observez des pertes de sang rouge vif, brunes voire noires pendant la grossesse, consultez sans attendre, et d’autant plus si elles s’accompagnent de douleurs et de fièvre. En effet, les saignements peuvent être le symptôme d’une grossesse extra-utérine ou d’une grossesse qui n’évolue pas bien.

Et de manière générale, si vous observez une perte contenant du sang, en grande quantité ou pas, parlez-en toujours au professionnel de santé qui vous suit pendant votre grossesse 🙂

En cas de douleurs, de démangeaisons, d’odeurs ou de changement de texture

Pendant la grossesse, les pertes blanches ne sentent rien et ne font pas mal. En revanche, si vous observez un changement d’ aspect, de couleur ou de consistance et qu’elles s’accompagnent de douleurs, d’une irritation ou de démangeaisons, c’est le signe que vous êtes potentiellement victime d’une infection, d’une vaginose ou d’une mycose. Si les mycoses sont très fréquentes chez les femmes enceintes et sans danger pour votre bébé, les infections peuvent être plus problématiques.

Voici quelques signes qui peuvent vous aiguiller sur le souci en question, même si le diagnostic devra impérativement être effectué par votre médecin lors d’une consultation :

  • Mucus vert + odeur de poisson : vaginose bactérienne

  • Pertes mousseuses, grisâtres + odeur nauséabonde : infection à la trichomonase

  • Pertes vaginales de consistance grumeleuse, avec des douleurs, des démangeaisons et des brûlures : mycose.

Attention par ailleurs à ne pas vous auto-médicamenter car certains traitements courants contre les mycoses ne sont pas recommandés pendant la grossesse, par exemple.

En cas de pertes vaginales liquides et abondantes

Il est aussi possible d’observer des pertes vaginales plutôt liquides, continues, chaudes et verdâtres pendant la grossesse : il s’agit du liquide amniotique ! Le liquide amniotique est un liquide stérile dans lequel baigne le bébé et qui lui apporte tous les nutriments dont il a besoin, en plus de le protéger des bactéries et des chocs.

Il s’agit du liquide qui est évacué lors de la rupture de la poche des eaux, juste avant l’accouchement. Mais si le liquide amniotique vient à fuiter en cours de grossesse (en raison d’une fissure de la poche des eaux), il est impératif de consulter de toute urgence, car le bébé pourrait être en danger.

Pour faire la différence avec les fuites urinaires, gardez en tête que l’urine est jaune et a une odeur, alors que le liquide amniotique peut être transparent ou verdâtre et n’a pas d’odeur. C’est également une perte qui est continue (et non pas en « one shot » comme l’urine). Pour en avoir le coeur net, vous pouvez porter une serviette : si elle est mouillée et un peu lourde assez rapidement, prenez rendez vous avec votre médecin.

Si elles ressemblent à du pus

Si vos pertes blanches ressemblent à du pus, elles peuvent être dues à un polype qui se serait infecté : là encore, si vous êtes dans cette situation, c’est un motif impératif de prise en charge médicale !


Tips pour ne pas (trop) subir ses pertes blanches pendant la grossesse

Les pertes blanches vont devenir vos meilleures ennemies pendant la grossesse mais bonne nouvelle ! Malgré leur augmentation, il est possible de cohabiter avec elles en limitant leurs désagréments 😉

Comment vivre ses pertes vaginales de manière plus confortable ?

Quand les pertes vaginales deviennent plus abondantes pendant la grossesse, les culottes de règles peuvent être d’un grand secours et ne servent pas qu’à recueillir le sang de vos règles ! Souvent confortables et de plus en plus jolies, elles vous permettront de vous sentir moins « mouillée » et de vous éviter de devoir mettre des serviettes hygiéniques à la compo souvent douteuse.

De la même manière, vous vous sentirez sûrement plus à l’aise dans des sous-vêtements en coton et des vêtements pas trop serrés 🙂

Comment éviter les mycoses et infections vaginales pendant la grossesse ?

Tout d’abord, sachez qu’il y a un risque plus élevé de contracter une mycose ou une infection durant la grossesse : le chamboulement hormonal à l’oeuvre a aussi comme effet kiss cool de perturber la flore vaginale !

Heureusement, là encore, il existe de bons réflexes à adopter pour s’en prémunir 🙂

Premièrement, même si la grossesse s’accompagne souvent de fringales disons…originales (oopsy), privilégiez une alimentation la plus équilibrée et variée possible, en mettant l’emphase sur les probiotiques (vinaigre de cidre, levure de bière…). En cas de mycose, essayez aussi de limiter le sucre et de prendre des probiotiques adaptés.

Côté hygiène intime, on partira soit sur un lavage tout simple à l’eau de la vulve et du vagin, même si vous pouvez aussi opter pour un savon au pH neutre ou alcalin. On oublie en revanche les nettoyants intimes (surtout parfumés), les fleurs de douche et les douches vaginales ! Essayez également de bien vous sécher après la douche.

Et enfin, même si vous êtes censée avoir arrêté de fumer dés votre test de grossesse positif, sachez que le tabac augmente les risques de contracter une infection vaginale !


check-list

3 choses à retenir sur les pertes blanches quand on est enceinte

Une fois qu’on a dit tout ça, voici les 3 choses à retenir sur les pertes blanches pendant la grossesse :

  • Elles peuvent être plus abondantes qu’auparavant et c’est totalement normal !

  • Elles sont plutôt blanches, jaunes parfois rosées, sans odeur, ni douleur ou inconfort.

  • Il ne faut pas hésiter à contacter son professionnel de santé (médecin, gynécologue, sage-femme…) au moindre doute.

Bonus : toutes les femmes n’expérimentent pas forcément les mêmes choses au cours de leur grossesse. Et c’est normal car nous sommes toutes différentes 😉


Vous l’aurez compris, les pertes blanches vous accompagnent fidèlement durant la grossesse. Bien qu’elles soient parfois source de questions et un peu inconfortables, elles sont surtout le signe que votre corps se prépare à donner la vie 🙂

Du début de la grossesse à l’accouchement, votre corps et votre coeur passent par tout un tas de changements, de bouleversements…et les pertes blanches ne font pas exception ! L’essentiel est de les comprendre, pour mieux les accompagner 🙂

Si vous êtes un peu déboussolée par votre grossesse et que vous avez justement besoin d’être soutenue et accompagnée, on a créé pour vous le Mama Club : ce club a été imaginé comme un cocon pour se retrouver entre futures mamans sur les trois premiers mois de grossesse et échanger avec des expertes sur les problématiques que vous pouvez rencontrer (et dont font partie les pertes vaginales… mais pas que !) 🙂

Dans tous les cas, on espère que cet article vous aura été utile et on sera ravis de répondre à vos questions dans les commentaires !

3 réflexions au sujet de “Perte blanche grossesse : tout ce qu’il faut savoir sur les pertes vaginales pendant la grossesse”

Laisser un commentaire

À PROPOS

Auteur/autrice de l’image

Émancipées redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

Auteur/autrice de l’image

Émancipées redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.