Emancipées

pourquoi j'ai des pertes blanches tous les jours

« Pourquoi j’ai des pertes blanches tous les jours ? » : LA question qu’on s’est toutes déjà posée !

Quelle femme n’a pas déjà regardé le fond de sa culotte d’un oeil circonspect, en y voyant des pertes blanches plus ou moins abondantes et en se creusant la tête pour comprendre leur signification, voire en ressentant un certain dégoût ? Les pertes blanches sont un sujet intime, dont on parle peu, le plus souvent parce qu’on est gênée d’en avoir. On les associe à un manque d’hygiène, voire à un problème de santé, une IST ou autre.

Nos sécrétions vaginales sont pourtant d’importantes alliées, témoignant que notre corps de femme fonctionne correctement ! Dans ce qui suit, vous verrez qu’elles sont en fait multiples et qu’elles ont chacune un rôle (ou des rôles !) bien précis. Et en fait, c’est surtout quand leur couleur, leur texture ou leur odeur diffèrent de d’habitude que cela doit nous alerter 🙂 Mais on n’en dit pas plus, et on vous laisse lire l’article 😉



Pertes blanches

Les pertes blanches, qu’est-ce que c’est ?

Pour commencer, il est primordial de définir ce qu’on appelle communément « pertes blanches », histoire qu’on parle toutes et tous bien de la même chose ! Les pertes blanches, qu’on peut aussi appeler leucorrhées, c’est une sorte d’abus de langage pas très scientifique, mais qui correspond globalement à toutes les sécrétions vaginales réunissant :

  • Les pertes vaginales résultant de l’auto-nettoyage du vagin, qui comprend notamment de l’eau et des cellules mortes. Ce « refresh » s’effectue au quotidien !

  • La cyprine, une substance liquide qui lubrifie le vagin lorsque l’on est sexuellement excitée

  • La glaire cervicale, qui est un mucus sécrété par les glandes du col de l’utérus en fonction du cycle menstruel.


sécrétions vaginales

Pourquoi les pertes blanches sont-elles utiles ?

Les pertes vaginales sont normales, mais elles ont aussi et surtout une utilité !

Elles sont nécessaires à notre santé vaginale

Les sécrétions que l’on remarque dans notre culotte témoignent du fait que tout fonctionne bien, « là-bas en bas » : elles prouvent que le vagin s’auto-nettoie bien et permettent aussi de maintenir un pH acide. Pourquoi ? Comme la nature ne fait rien par hasard, ce pH acide empêche la prolifération des bactéries et des champignons et nous évite bien des infections et autres mycoses !

La cyprine quant à elle, a pour rôle de lubrifier le vagin afin d’éviter toute irritation ou douleur pendant les rapports sexuels. Très utile aussi 🙂

Elles nous informent sur notre fertilité

Pour être plus précis, c’est la glaire cervicale qui nous informe sur notre fertilité 🙂

En effet, cette « substance » a une consistance et un aspect qui changent tout au long du cycle menstruel. Pour bien comprendre, rappelons que les femmes ne sont fertiles que quelques jours par mois : 5 jours avant l’ovulation et 2 jours après (environ).

Sur cette période et sous l’influence des oestrogènes, la glaire cervicale va être produite de manière de plus en plus importante et passer progressivement d’une texture blanche, pâteuse et collante (façon houmous) à une texture étirable, glissante et translucide (façon blanc d’oeuf cru).

Du coup, si vous voyez ce type de pertes blanches dans votre culotte, pas de panique ! Tout est normal et elles sont simplement le signe que vous êtes fertile 🙂 Une fois l’ovulation passée, la progestérone prend le pas sur les oestrogènes et assèche la glaire cervicale.

Glaire cervicale au cours du cycle féminin

Mais pourquoi notre corps produit de la glaire cervicale en abondance aux alentours de l’ovulation ? La glaire cervicale est une sécrétion ultra-précieuse pour les spermatozoïdes, car elle les nourrit, les protège de l’acidité du vagin (son pH à elle est alcalin) et les escorte jusqu’à l’ utérus. Sans elle, pas de fécondation !

Et, pour bien faire, autant la sécréter quand un ovule a bien été expulsé dans les trompes, sinon, les spermatozoïdes auront fait tout le trajet pour rien. Mais comme ils sont (très) gentleman, ils peuvent attendre l’arrivée de l’ovule jusqu’à 5 jours dans les cryptes du col, grâce… à notre fameuse glaire cervicale !


Les pertes blanches au cours de la vie d’une femme

Les pertes blanches sont donc un phénomène naturel et normal, qui témoigne du bon fonctionnement du système reproducteur féminin. Elles sont présentes chez la femme tout au long de sa vie fertile, dès la puberté et jusqu’à la ménopause ! Et ce, même pendant les règles, car les menstruations sont un mélange composé de sang, de cellules de l’endomètre et du vagin 🙂

Hors fenêtre fertile, on a surtout des pertes vaginales et un peu de glaire sèche, et pendant la fenêtre de fertilité, c’est la glaire lubrifiée qui prend le dessus et donne une sensation de pertes bien plus abondantes !

Les leucorrhées peuvent donc être plus riches à certains moments du cycle, comme avant et après l’ovulation, pendant la grossesse, pendant l’allaitement ou en cas de stimulation sexuelle.

Les pertes blanches à l’adolescence

Les pertes blanches et surtout la glaire cervicale font leur apparition au moment de la mise en place du cycle menstruel, entre 8 et 12 ans. Les pertes blanches peuvent survenir 2 ans avant les premières règles, même si cela reste une moyenne !

Ces sécrétions peuvent être anarchiques, le temps que le cycle se mette en place et se régularise.

En effet, les ovaires commencent à travailler à la puberté et de fait, produisent des oestrogènes. Le souci, c’est que tout le processus menant à une ovulation réussie ne se met pas immédiatement en place !

Les adolescentes sont alors en phase d’hyperoestrogénie, car leurs ovaires se préparent et produisent des oestrogènes (et par conséquent leur col produit de la glaire) mais pas encore de progestérone, qui vient normalement assécher la glaire après l’ovulation (car les ovaires n’arrivent pas immédiatement à ovuler).

Les jeunes filles peuvent ainsi connaître des périodes plus ou moins longues durant lesquelles elles produisent beaucoup de glaire cervicale.

Les pertes blanches tout au long du cycle menstruel

Comme expliqué plus haut, la glaire cervicale est liée au cycle menstruel. Elle est un indicateur de la période d’ovulation, qui est le moment le plus fertile du cycle (généralement au milieu, mais ce n’est pas toujours le cas !) et se tarit généralement en deuxième partie de cycle (qui dure environ 14 jours), avant l’arrivée des règles. On peut donc avoir beaucoup de pertes blanches au moment de son ovulation !

Les pertes blanches durant la grossesse

Les pertes blanches abondantes peuvent aussi être un coloc bien envahissant des femmes enceintes. Elles peuvent augmenter en début de grossesse du fait de l’emballement hormonal, mais aussi en raison de la plus grande vascularisation de la zone du vagin. La glaire cervicale va également former le bouchon muqueux, qui protège l’entrée du col de l’utérus et le bébé pendant toute la grossesse.

Pour tout comprendre, on a rédigé pour vous un article sur les pertes blanches pendant la grossesse 😉

Les pertes blanches à la ménopause

La sécrétion de glaire cervicale peut augmenter à la péri-ménopause puis se tarir à la ménopause : c’est la raison pour laquelle les femmes en péri-ménopause peuvent avoir beaucoup de pertes blanches, puis souffrir d’ inconfort, de vaginite et de sécheresse vaginale une fois le cycle définitivement arrêté :s

Là encore, n’hésitez pas à consulter notre article sur la glaire cervicale après la ménopause, qui vous explique tout ça en détail 🙂


À quoi ressemblent les pertes blanches normales ?

Quand on voit un amas de sécrétions dans sa culotte, on peut parfois s’inquiéter et craindre un souci de santé.

Voici donc une petite liste des pertes blanches normales, qui sont tout à fait physiologiques 🙂

Les pertes blanches collantes et épaisses

Ces pertes blanches sont un peu les « vraies » pertes blanches : elles sont en effet issues de l’auto nettoyage du vagin qui s’effectue au quotidien.

Les pertes transparentes liquides ou blanc d’oeuf cru

Nous l’avons vu, il s’agit de la glaire cervicale d’ovulation ! Elle est importante à repérer si vous voulez concevoir ou au contraire, éviter une grossesse, car elle indique que vous êtes ultra fertile à ce moment de votre cycle.

Les pertes blanches marron clair ou rosées

Ce sont des pertes vaginales et de la glaire cervicale qui contiennent un peu de sang. Elles peuvent survenir au moment de l’ovulation (en raison du spotting d’ovulation), de la nidation (c’est donc le spotting de nidation) ou encore juste avant vos règles.

On peut aussi les observer pendant la grossesse, car la zone du petit bassin est très irriguée et le poids du bébé et du placenta peuvent faire pression sur les vaisseaux sanguins.

Si ces pertes sont généralement sans gravité, n’hésitez pas à consulter en cas de doute, surtout si vous êtes enceinte 🙂

Les pertes jaunes

Les pertes jaunes sont des pertes vaginales, mais qui sont produites en abondance. Pas d’inquiétude, donc 😉

Les pertes rouges

Les pertes rouges sont généralement le sang de vos règles 🙂

Petite précision au passage : les règles débutent le jour où le sang est fluide, rouge vif et qu’il s’écoule en quantité. Les pertes marrons observées juste avant sont en réalité du sang oxydé, qui appartient à votre cycle précédent, tandis que les petites gouttes de sang rouge/marron sont des spottings, qui appartiennent eux aussi à la seconde partie de votre cycle précédent.

Et il est important de bien avoir en tête que tout saignement ne correspond pas forcément à des règles. On peut avoir des pertes de sang inter-menstruelles pour plein de raisons (spotting d’ovulation, de nidation, insuffisance en progestérone, saignement de privation, polype, fibrome, etc.), et ce n’est que lorsqu’on observe son cycle et qu’on a validé son ovulation qu’on peut qualifier un saignement de règles : )


gynécologue

Les pertes blanches anormales, qui doivent pousser à consulter

Les pertes blanches abondantes sont donc normales, je pense que vous l’avez compris 🙂 Mais il existe néanmoins des exceptions, des cas où vos pertes vaginales sont anormales et peuvent être le signe d’une infection, d’une mycose ou d’un autre souci de santé.

De manière générale, toute modification dans l’aspect de vos écoulements doit vous alerter : si vos sécrétions vaginales changent brusquement de couleur, de consistance ou d’odeur et/ou si elles s’accompagnent de démangeaisons, de brûlures, de douleurs, de saignements ou de fièvre, c’est qu’il y a un problème et qu’il faut prendre rendez vous pour en trouver la cause !

Et surtout, rassurez-vous : il existe des traitements pour soulager vos douleurs et symptômes que votre gynécologue saura vous prescrire, au cas par cas. Évitez les auto-diagnostics et les traitements maison 😉

Pertes blanches jaunes ou vertes

Les pertes à l’aspect jaune ou vert sont généralement causées par une infection à la chlamydia, à la gonorrhée, à la trichomonase ou à une autre IST. Les symptômes associés peuvent être des douleurs pelviennes ou au moment d’uriner, des saignements entre les règles et de la fièvre.

Pertes blanches grises

Les pertes vaginales grises peuvent être le signe d’une vaginose bactérienne, un déséquilibre de la flore vaginale. Elles peuvent s’accompagner d’une odeur de poisson, de démangeaisons ou de brûlures.

Pertes blanches rosées ou sanglantes

Comme dit précédemment, les pertes rosées ne sont pas forcément graves, mais n’hésitez pas à consulter au moindre doute ! De plus, tout saignement qui survient en dehors des règles doit vous alerter. Il peut être causé par un traumatisme, une inflammation, une infection, un polype, un kyste, un fibrome, ou encore un arrêt naturel de grossesse.

Pertes blanches épaisses et grumeleuses

Vos sécrétions vaginales deviennent grumeleuses, mousseuses, bulleuses ? Une mycose vaginale, qui est une infection à levures (comme le candida albicans, par exemple) peut en être la cause. Selon les cas, elle s’accompagne d’autres symptômes comme des démangeaisons, des brûlures, des rougeurs ou une irritation au niveau de la vulve (que l’on appelle aussi « vaginite »).


10 astuces pour bien gérer ses pertes blanches abondantes

Les pertes blanches abondantes sont normales, certes, mais elles peuvent être un peu envahissantes ! Voici nos 10 tips, 10 conseils pour mieux les vivre au quotidien 🙂

Bien choisir ses sous vêtements

Choisissez plutôt des culottes et sous-vêtements en coton laissant respirer votre vulve. Vous pouvez aussi opter pour des serviettes réutilisables ou des culottes de règles pour les jours où vos sécrétions vaginales sont un peu trop présentes. Si possible, évitez aussi au maximum les pantalons trop serrés, souvent source d’inconfort.

Avoir une toilette intime adaptée

Les pertes vaginales abondantes n’ont rien à voir avec un manque d’ hygiène ! Se laver la vulve une fois par jour avec un savon doux et adapté au pH vaginal, voire seulement à l’eau, est largement suffisant. Et on oublie les douches vaginales, ainsi que les produits parfumés ou irritants, qui viennent perturber la flore vaginale !

Manger varié et équilibré

Le contenu de votre assiette et celui de vos sous-vêtements peuvent vous sembler lointains et pourtant ! Avoir une alimentation équilibrée et variée est important pour une bonne régulation des sécrétions vaginales, une belle qualité de glaire cervicale et un bon équilibre du microbiote vaginal.

S’hydrater suffisamment

Boire suffisamment d’eau permet d’éviter la déshydratation, qui peut affecter la qualité et la quantité des sécrétions vaginales. Ce sont des fluides, après tout 😉

Bouger

Pratiquer une activité physique régulière et modérée favorise la circulation sanguine, le renforcement du plancher pelvien ainsi que la régulation hormonale 🙂

Prendre soin de sa sphère émotionnelle

Là encore, pertes vaginales et émotions peuvent vous sembler être des sujets très éloignés, mais le stress, par exemple, a un impact non négligeable sur nos hormones, notre cycle féminin et donc sur notre glaire cervicale et nos pertes blanches.

En effet, le cortisol (l’hormone du stress) et la progestérone sont fabriquées à partir de la même hormone mère, la prégnénolone : sauf qu’en cas de stress, le cortisol gagne toujours face à la progestérone ! Et parmi ses nombreux rôles, la progestérone à un effet asséchant sur la glaire : sans elle, la glaire cervicale reste crémeuse, même après l’ovulation.

Avoir une vie sexuelle saine et protégée

Afin d’éviter de contracter une mycose ou une infection, n’hésitez pas à vous faire dépister et à vous protéger pendant les rapports 🙂 De la même manière, pensez à vous laver les mains et à uriner après chaque rapport, notamment pour éviter les cystites !

Consulter un médecin régulièrement et au moindre doute

Il est important de consulter régulièrement un gynécologue ou un médecin, au moins une fois par an, pour faire un bilan de santé, un frottis, un dépistage des IST et parler de vos leucorrhées si elles vous questionnent 🙂


questions fréquentes

Questions fréquentes – Pour résumer

Comment savoir si mes pertes blanches sont normales ?

Les pertes blanches normales peuvent être pâteuses, collantes ou au contraire crémeuses ou translucides. Elles ne sont pas colorées (ou alors, légèrement jaunes ou roses) et ne sentent rien.

Quand s’inquiéter pour les pertes blanches ?

Les pertes vaginales reflètent un souci de santé quand elle changent de couleur, de texture (elles deviennent grumeleuses ou mousseuses) et quand elles sentent mauvais. Toute modification de vos pertes vaginales sont des signaux qui doivent vous mettre la puce à l’oreille !

Comment diminuer les pertes vaginales ?

On ne peut pas véritablement diminuer les pertes blanches abondantes car elles sont la plupart du temps physiologiques. En revanche, on peut trouver des astuces, ajuster ses habitudes de vie pour mieux les vivre et se protéger lors des rapports pour éviter toute mycose ou infection sexuellement transmissible, par exemple.

Pourquoi mes pertes vaginales décolorent-elles mes culottes ?

C’est aussi quelque chose qui interroge beaucoup de femmes, car un grand nombre d’entre nous en a déjà fait l’expérience ! Bien que ce soit pénible pour vos culottes préférées, c’est simplement le signe que vos sécrétions vaginales sont acides et que votre flore vaginale vous protège efficacement contre les intrus.

Pourquoi j’ai des pertes blanches odorantes ?

Les pertes blanches odorantes sont liées à une vaginose, qui se produit lorsque les bactéries et autres micro-organismes de la flore vaginale sont déséquilibrés. Si cela vous arrive (c’est un phénomène assez courant !), c’est un sujet à aborder avec votre gynécologue 🙂


Pour conclure, vous aurez donc compris que les sécrétions vaginales sont tout à fait normales (on ne le répètera jamais assez je crois) et on espère que vous y penserez quand vous vous demanderez « pourquoi j’ai des pertes blanches abondantes comme ça ? » 🙂

Les pertes blanches regroupent plusieurs types de sécrétions vaginales (pertes liées au nettoyage du vagin, cyprine, glaire cervicale) et nous accompagnent, tout au long de la vie ! Elles sont de précieuses messagères sur notre santé gynécologique et générale, et il est important de les observer et de les comprendre.

Et vous, quelles relations avez-vous avec vos pertes blanches ? Est-ce que c’est un sujet tabou pour vous ou du moins un peu honteux, ou au contraire, vous les vivez plutôt bien ? On a hâte de lire vos impressions ! 😉

Laisser un commentaire

À PROPOS

Auteur/autrice de l’image

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

Auteur/autrice de l’image

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

PAGES ASSOCIÉES

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?