Emancipées

Cover courbe température

Courbe de température : ovulation, fertilité, ce qu’elle permet de détecter

Quand on parle de courbe de température pour calculer son ovulation, on pense souvent à une vieille méthode de grand-mère un peu dépassée et surtout pas franchement fiable.

Et ce n’est pas complètement faux ! Pour autant, mesurer sa température quotidiennement fait aussi partie d’approches bien plus sérieuses pour gérer sa fertilité au naturel et, combinée à d’autres observations, elle peut permettre de confirmer que l’on a bien ovulé.

Vous souhaitez savoir comment suivre votre courbe de température ? Ou vous voulez comprendre comment température et fertilité peuvent bien être liées ? On vous explique tout !

thermomètre ovulation

Ca veut dire quoi, tenir une courbe de température ?

Quand on parle de suivre sa courbe de température, cela signifie la mesurer chaque jour au réveil (on parle aussi de température basale) : il s’agit plus précisément de la température du corps lorsqu’il est en repos total, c’est-à-dire avant même de s’être levée du lit, après avoir dormi au moins 4 heures. 

Pour avoir un intérêt dans l’observation de sa fertilité, elle doit être prise tous les jours à la même heure, avec une intervalle de maximum ½ heure.

Pourquoi autant de contraintes et de précisions ? Et bien les écarts que l’on va chercher à observer dans la courbe de température pour identifier l’ovulation sont très faibles, de quelques dixièmes de degré. 

Or, l’activité physique (le simple fait de se lever pour aller aux toilettes compte, pour une fois que c’est dans ce sens !) va faire monter la température et faussera donc la mesure. De même, une grasse mat’ aura un impact, donc si on a prévu de dormir plus longtemps, il faut penser à mettre un réveil pour prendre rapidement sa température à l’heure prévue et se rendormir !


Comment évolue la courbe de température au cours du cycle ?

Vous l’aurez compris, l’intérêt de suivre sa température n’est pas de voir comment elle évolue dans la matinée, mais plutôt aux différentes étapes du cycle menstruel. Elle est en effet directement liée à notre activité hormonale, et elle est influencée par les deux hormones ovariennes qui contrôlent notre ovulation : 

  • Pendant la première partie du cycle (depuis le premier jour des règles jusqu’à l’ovulation), ce sont les oestrogènes qui sont aux manettes, et ils ont pour effet de maintenir une température corporelle basse, en général en dessous de 37°C.
  • Dès que l’ovulation a lieu, le follicule qui a été libéré se transforme en corps jaune qui sécrète de la progestérone. C’est elle la grande responsable de la hausse de température, elle entraîne une augmentation de 0,3 à 0,5°C qui se maintient pendant toute la seconde partie du cycle, jusqu’aux prochaines règles (on dit qu’elle a un effet hyperthermique). La température est alors en général supérieure à 37°C.

S’il n’y a pas eu de fécondation, la progestérone chute juste avant les prochaines règles, entraînant de facto une baisse de la température. Si en revanche un embryon s’est implanté, la progestérone se maintient et la température reste haute. C’est d’ailleurs un indice assez fiable de début de grossesse.

Autrement dit, le phénomène qui provoque la hausse brutale de température est … l’ovulation

Tant qu’elle n’a pas eu lieu, la température est basse, et dès qu’elle est passée, elle est haute. Ce n’est pas plus compliqué que ça ! On parle souvent de “décalage” de température pour qualifier cette hausse nette juste après l’ovulation, et de “courbe biphasique”, pour décrire ces deux phases plateaux. 

courbe hormones cycle

Comment tenir et interpreter sa courbe de température pour identifier l’ovulation ?

Il y a plein de façons de suivre sa température : avec des applis, sur des tableaux papiers ou même en prenant simplement une feuille millimétrée (avec la température sur la verticale, aux deux dixièmes de degré près, et les jours sur l’horizontale).

Ce qui importe, c’est la rigueur et la régularité

  • Prise tous les matins à la même heure (maximum 1 heure d’écart)
  • Après au moins 4 heures de sommeil
  • Dans le lit et avant de faire le moindre mouvement
  • Avec le même thermomètre aux deux dixièmes de degré près (soit 2 chiffres après la virgule), pendant au moins 3 minutes
  • Toujours de la même façon (idéalement en rectal ou vaginal, éventuellement en buccal mais pas sous l’aisselle)
  • Dès le premier jour des règles (avec l’expérience, on peut commencer plus tard et ne pas la prendre chaque jour du cycle)

Ensuite, quelque soit le support, l’objectif pour l’interprétation de la courbe de température, c’est de pouvoir visualiser le décalage entre les deux phases : c’est lui qui permet d’identifier l’ovulation, qui a en général eu lieu la veille de cette hausse. Ainsi par exemple, alors que la température oscillait toujours autour de 36,6 – 36,7°C, elle va brusquement monter à 37 voire 37,1°C.

Cela signifie que l’on ne peut confirmer l’ovulation qu’a posteriori, on ne peut pas l’anticiper. Intéressant donc, mais pas top si on cherche à éviter ou au contraire à favoriser une grossesse : l’info arrive un peu tard, l’ovulation est passée….

calendrier ovulation

Quel est l’intérêt de tenir une courbe de température et d’ovulation ?

Optimiser ses chances de tomber enceinte

Connaître le jour de l’ovulation permet de savoir quand il faut tout donner avec son partenaire, si on veut favoriser ses chances de tomber enceinte ! 

Le souci avec la méthode des températures seule, on l’a vu, est que l’on ne peut que confirmer a posteriori que l’ovulation a eu lieu. Or, quand on sait que la fenêtre de fertilité s’ouvre environ 5 jours avant l’ovulation (du fait de la durée de vie des spermatozoïdes) pour se fermer le lendemain (l’ovule vivant uniquement entre 12 et 24h), vous conviendrez que c’est un peu ballot…

C’est là qu’intervient l’autre indice à observer pour avoir une vision juste et au jour le jour de sa fertilité : la glaire cervicale ! C’est sur la lecture combinée de ces deux données (température et glaire) que se base la méthode symptothermique, qui permet d’identifier le début de la phase fertile (grâce à l’apparition de la glaire) et sa fermeture (grâce au tarissement de la glaire confirmé par la hausse de température).

Donc si on récapitule : la température seule, c’est un peu inutile, mais couplée à la glaire, c’est une super façon de détecter sa fenêtre de fertilité pour favoriser une grossesse !


Maîtriser sa contraception de façon naturelle

Même combat : la courbe de température seule peut être utilisée comme moyen de contraception, mais dans ce cas il faut être honnête, c’est assez rigoureux et contraignant. 

Comme on ne sait pas quand va arriver l’ovulation, il faut s’abstenir de rapports non protégés pendant toute la première partie du cycle (quand la température est basse), et on ne peut se lâcher qu’une fois la hausse de température confirmée, et on attend même en principe 3 jours de sécurité (du fait de la durée de vie de l’ovule principalement).

Autrement dit, on ne peut avoir des rapports non protégés que dans la seconde partie du cycle en attendant 3 jours après l’ovulation. Ca ne laisse plus beaucoup de temps…. (une dizaine de jours, la phase post-ovulatoire, dite aussi phase lutéale, durant en moyenne 14 jours).

Mais combinée à l’observation de la glaire, là encore, c’est beaucoup plus confortable !

Dans ce cas, la méthode varie d’une école à l’autre, mais l’idée est en général d’avoir pris au moins 6 températures “basses” dans la première partie du cycle et d’attendre d’en observer 3 ou 4 “hautes” de minimum 0,2 ou 0,3°C supérieures aux “basses” pour pouvoir se considérer comme infertile (en parallèle avec l’observation de la glaire, vous l’avez compris !). 

appli suivi contraception et ovulation

Autres intérêts de suivre sa courbe de température

Tenir un journal de sa température basale peut présenter de nombreux autres avantages : 

  • Observer son cycle, pour mieux se connaître
  • Dépister un souci de fertilité (s’il n’y a pas de hausse de température – on parle d’anovulation, c’est-à-dire d’absence d’ovulation ; ou si la phase post-ovulatoire est courte, de moins de 11 jours – on parle de dysovulation, le cycle n’est alors pas fertile)
  • Confirmer une grossesse (si la température reste haute au moins 18 jours)

Est-ce fiable comme technique ?

On l’a vu, la prise de température seule n’est pas la meilleure façon de monitorer sa fertilité (cette méthode utilisée par nos grands mères n’est plus trop d’actualité). 

Cela est notamment dû au fait que : 

  • Elle ne donne une information sur l’ovulation qu’a posteriori
  • Les conditions logistiques sont rigoureuses (régularité, méthode, etc.) : le moindre écart dans la façon de prendre la température peut tout fausser
  • La température peut fluctuer pour des raisons autres qu’hormonales (maladie, prise de certains médicaments, consommation d’alcool ou de drogue, stress, décalage horaire, insomnie, etc.)

Utilisée seule, cette méthode n’est donc que très peu fiable (une étude aurait démontré qu’elle ne permettrait de détecter l’ovulation de façon précise que dans 22% des cas….).

En revanche, couplée à l’observation de la glaire cervicale, elle atteint un taux de fiabilité de plus de 99%, soit autant que la pilule !

culotte femme fleurs

Alors, prête à vous lancez dans l’interprétation de votre courbe de température ?!

Vous l’avez compris, la vieille “méthode des températures” n’est pas si idiote que ça et, combinée à d’autres observations (principalement la glaire cervicale), elle peut être un excellent moyen de maîtriser son cycle naturellement.

Pour autant, il est important de bien connaître les subtilités et contraintes dans la prise des mesures pour éviter tout impair, et de ne pas compter que sur elle si on veut gérer sa fertilité.

Vous tenez une courbe de votre température et voulez partager votre expérience ? Ou vous avez des questions ? Ca se passe dans les commentaires !

Laisser un commentaire

À PROPOS

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

Émancipés redonne aux femmes le contrôle sur leur cycle menstruel.

PAGES ASSOCIÉES

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?

Faire le quizz :

Prête à te lancer ?