Emancipées

Méthode naturelle : Panorama des moyens de contraception sans hormones

Quand on parle de contraceptif naturel, on a souvent en tête des méthodes un peu vieillottes et bancales ou au contraire des applis magiques qui permettraient de calculer son cycle et d’anticiper à la fois le jour de son ovulation et celui de ses prochaines règles. On y croit à fond, jusqu’au jour où nos règles n’arrivent pas du tout à la date prévue, pile pendant nos vacances, et qu’on se dit qu’en faisant confiance à un robot pour prévoir le fonctionnement de notre propre corps, on a été un peu naïve…. Pour autant, vous en avez plus qu’assez de prendre des hormones tous les mois et vous avez envie de prendre en main votre cycle pour adopter une approche garantie 100% sans chimie de votre contraception ? Vous cherchez une méthode de contraception naturelle fiable et sans risque ? On vous rassure, cela existe, il y en a pléthore à disposition. Et c’est là que tout redevient compliqué ! En effet, entre symptothermie, méthode Ogino, Billings ou encore Sensiplan, qui croire, qui suivre ?
Via Duvet Days
Pour vous aider à y voir plus clair et à faire le tri entre ces différentes écoles, on vous propose un panorama des moyens de contraception naturelle pour que vous puissiez avoir un avis éclairé sur la question. PS : pour plus de détail sur chaque méthode, on vous invite à visiter l’article dédié en cliquant sur son nom. Pour vous permettre de lire ce tableau plus facilement et en fonction des critères qui VOUS parlent, vous pouvez utiliser les filtres ci-dessous pour trier le tableau ! N’hésitez pas à vous amuser avec ; )
MéthodeIndicesFiabilitéeAccès à la méthode
Méthode BillingsGlaire99%Formation par un moniteur Billings
Méthode FertilityCareGlaire98,5%Formation par une institutrice FertilityCare
Méthode des 2 joursGlaire96,5%Pas de formation en France
Méthode des températuresTempérature80 à 97%Obsolète
Méthode Serena (Québec)Température / Glaire / Col99%Pas de formation en France
Méthode Cyclamen du CLERTempérature / Glaire / Col99%Formation par un moniteur Cyclamen
Méthode de planning familial SensiplanTempérature / Glaire / Col99%Formation par une formatrice Sensiplan
Méthode Sympto de la fondation SymptoThermTempérature / Glaire / Col99%Formation par une formatrice SymptoTherm
Méthode Ogino Prédiction91%Obsolète
Méthode des jours fixesPrédiction 95%Pas de formation en France
Test urinaire d'ovulation Test LH98%Achat d'un test d'ovulation
Méthode MarquetteGlaire / Test LH97%Formation en ligne en anglais
Méthode FEMM HealthGlaire / Test LH97%Formation en ligne en anglais
Méthode MAMAAllaitement exclusif98%Explications par une sage-femme
Méthode MAMAAllaitement exclusif98%Explications par une sage-femme
RetraitRetrait96 à 78%Communication entre les partenaires

Une méthode de contraception naturelle, c’est quoi ?

Les moyens de contraception naturelle renvoient aux approches de la fertilité qui n’utilisent aucun médicament, aucun dispositif ni aucune intervention. Il s’agit pour la femme uniquement d’apprendre à connaître son corps, son cycle, son fonctionnement hormonal et les signes qu’il renvoie pour en déduire si elle est, ou non, dans une période fertile. Sur cette base, elle sait l’attitude qu’elle doit adopter selon qu’elle veut éviter une grossesse (dans ce cas, elle ne doit pas avoir de rapports sexuels non protégés pendant cette période), ou si au contraire, elle souhaite tomber enceinte (elle sait alors exactement quand intervient son ovulation pour tout donner !). Pour cela, selon les méthodes, il existe plusieurs indicateurs d’observation, utilisés seuls ou combinés.

Les indicateurs d’observation utilisés dans les méthodes naturelles

Il y a 4 principaux indicateurs, les uns étant considérés comme plus fiables que les autres autres, plus faciles à mettre en oeuvre ou plus ou moins “intrusifs”, et certaines méthodes ayant fait le choix de les associer pour faire un double voire un triple contrôle et renforcer la fiabilité de l’observation :

La glaire cervicale

Il se peut que vous l’appeliez (à tort) “pertes blanches”. Or, la glaire est un type bien spécifique de perte, sécrétée par le col de l’utérus et non par le vagin, et que vous n’observez que pendant la période fertile de votre cycle, autour de l’ovulation.
Souvent dénigrée voire mal aimée, elle joue pourtant un rôle indispensable pour permettre une fécondation, puisque c’est elle qui nourrit et transporte les spermatozoïdes, prolonge leur durée de vie en neutralisant l’acidité vaginale qui leur est hostile et leur permet d’accéder jusqu’à l’ovule. Autrement dit, quand il n’y a pas de glaire, les spermatozoïdes ne survivent que quelques secondes après vos rapports sexuels ! Au contraire, en présence de glaire, ils peuvent rester en vie jusqu’à 5 jours. Selon l’aspect de sa glaire,  la femme peut savoir si elle est infertile, en phase pré-ovulatoire ou au contraire dans son pic de fertilité. Son observation constitue donc la clé des méthodes naturelles de contraception, elle peut même se suffire à elle-même dans certaines écoles. Méthodes naturelles utilisant la glaire cervicale seule : BillingsFertilityCare et Méthode des 2 jours Méthodes naturelles utilisant la glaire cervicale combinée à d’autres indices : symptothermie (Cyclamen CLER, Sensiplan, Sympto, Serena, Marquette, FEMM Health)

La température

Mal perçue lorsqu’elle est utilisée seule, la température peut toutefois permettre un double contrôle et confirmer que l’ovulation est bien intervenue, a posteriori.
En effet, la hausse de progestérone qui suit l’ovulation induit une hausse perceptible de la température de 0,2 à 0,5°C, qui permet de détecter que l’ovulation a eu lieu. Lorsqu’elle est confirmée, cette hausse permet donc d’avoir des rapports sexuels sans risquer une fécondation, puisqu’on entre dans la phase infertile du cycle, jusqu’aux prochaines règles. Méthode naturelle utilisant la température seule : méthode des températures Méthodes naturelles utilisant la température combinée à d’autres indices : Cyclamen CLER, Sensiplan, Sympto, Serena

La position du col de l’utérus

Indice moins utilisé, l’observation du col de l’utérus, et plus précisément sa consistance, son ouverture et sa position, permet également de déterminer si on est en phase pré ou post ovulatoire ou en pleine ovulation.
Méthode naturelle utilisant le col de l’utérus seul : aucune Méthodes naturelles utilisant le col combiné à d’autres indices : Cyclamen CLER, Sensiplan, Sympto, Serena,

Les taux hormonaux

Il s’agit d’un indicateur moins autonome que les 3 autres puisqu’il nécessite une aide extérieure (appareil ou bandelettes de mesure).
Méthode utilisant le taux de LH seul : test urinaire d’ovulation Méthodes utilisant le taux de LH combiné à d’autres indices : Marquette, FEMM Health

Les autres approches

A ces quatre indices classiques, s’ajoutent quatre “concepts” que l’on peut également classer dans les méthodes naturelles, même si leur approche est bien différente :
  • L’observation des symptômes, tels qu’une tension dans la poitrine, l’apparition d’un ganglion lymphatique du côté de l’ovaire en train d’ovuler, une sensation de gonflement et de douceur de la vulve, une libido qui monte en flèche, etc. : ces signaux sont certes parlants mais ils ne peuvent pas à eux-seuls constituer une méthode de contraception naturelle, ils sont trop aléatoires et ils ne vous disent pas si vous allez ovuler, si vous êtes en train ou si c’est derrière vous.
  • Le retrait, ou coït interrompu, qui consiste, pour l’homme, à se retirer avant l’éjaculation pour empêcher la rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovule (le souci étant que du liquide séminal s’échappe souvent lors des rapports sexuels, avant l’éjaculation…).
  • La méthode MAMA, qui considère que la femme est infertile les 6 premiers mois qui suivent son accouchement, lorsqu’elle allaite exclusivement son enfant avec des tétées espacées de maximum 4 heures en journée et 6 heures la nuit.
  • Le calendrier d’ovulation, qui consiste à considérer qu’un cycle dure forcément 28 jours (breaking news : c’est faux !) et que l’ovulation arrive forcément 14 jours avant les règles (breaking news 2 : c’est déjà plus vrai, mais pas tout à fait !). C’est la base de la méthode Ogino mais aussi de nombreuses applications disponibles sur le marché.

Fiabilité des méthodes naturelles

C’est LE grand débat lorsque l’on aborde les méthodes naturelles de contraception. Et pour cause, ce sujet n’est traité qu’en 10 lignes environ lors des études de médecine et la seule information retenue par la plupart des étudiants est qu’elles sont “peu efficaces”. Or, de nombreuses études se sont penchées sur la question et sont moins sceptiques. Pour apprécier la fiabilité d’une contraception, on distingue l’efficacité théorique (c’est-à-dire lorsque la méthode est correctement et systématiquement utilisée) et l’efficacité pratique (appliquée dans la monde réel, moins rigoureux que les labos, avec des possibles erreurs, prises de risque voire irrégularités et donc un taux d’échec). On utilise pour cela l’indice PEARL. Le souci est que la plupart des classements “officiels” ont tendance à classer toutes les méthodes naturelles dans une même catégorie fourre-tout et donc à la dénigrer., avec un indice PEARL très bas. Or, vous l’avez compris, il y a de très grandes nuances entre les différentes méthodes et si certaines sont effectivement un peu arriérées (là OK, votre gynéco a raison de vous mettre en garde), d’autres n’ont pas du tout à rougir devant la pilule ou le stérilet en termes d’efficacité ! Par ailleurs, si on a entend souvent parler de la dimension religieuse à l’origine de ces méthodes, on oublie à regret leur fondement scientifique, issu d’années de recherches et d’études à grande ampleur. Ainsi, la recherche a démontré que pour la symptothermie, la fiabilité de la méthode est de 99,6% lorsqu’elle est correctement appliquée, soit autant que la pilule, tandis que son indice de fiabilité pratique serait de 98,4%, contre 91% pour la pilule. S’agissant de la méthode Billings, la plus grande étude menée a démontré un taux de fiabilité théorique de 98,5% pour une fiabilité pratique de 85%. Vous trouverez tous les taux dans le tableau récapitulatif. Ces taux doivent toutefois être pris avec des pincettes, car les études ne sont pas toujours réalisées dans les mêmes conditions, avec le même nombre de participantes, sur les mêmes périodes, etc. Il est donc difficile de les comparer.

Avantages et inconvénients des méthodes naturelles

Les inconvénients

Commençons par les inconvénients : le principal est qu’il convient d’être rigoureux et régulier dans l’utilisation de la méthode pour qu’elle soit fiable. On ne vous fait pas de dessin, mais si vous avez un rapport sexuel un jour de grande fertilité, vous n’avez pas de filet ! Du coup, elles peuvent être vues par certains comme fastidieuses, notamment lorsqu’il faut prendre sa température chaque matin. Enfin, le troisième inconvénient est que ces méthodes nécessitent une abstinence périodique, ou alors l’usage d’un autre contraceptif pendant la période fertile, par exemple un préservatif ou un diaphragme.

Les avantages

Du côté des avantages, ils sont pour nous très nombreux ! Outre la reprise en main de sa fertilité et l’arrêt de tout blocage de l’ovulation ou arrivée artificielle des règles, elles permettent de respecter le cycle naturel de la femme, qui retrouve à nouveau une harmonie entre son corps et ses émotions. Leur caractère naturel les rend exemptes de tout effet secondaire. Par ailleurs, elles sont respectueuses de l’environnement et sont souvent présentées comme des méthodes écologiques, un moyen de contraception naturel bio. Elles sont réversibles et flexibles, à tout moment on peut revenir à un autre moyen de contraception, si notre mode de vie n’est plus compatible avec une telle méthode basée sur le dialogue au sein du couple. A ce sujet justement, à une époque où l’on parle beaucoup de la charge mentale qui pèse sur les femmes, elles permettent de cesser de faire porter la responsabilité de la contraception uniquement sur la femme et de la partager au sein du couple, l’homme devenant autant acteur que sa femme. Quand on sait que la femme n’est fertile que 6 jours par cycle alors que l’homme l’est en continu, on se demande un peu pourquoi ce serait à elle de supporter la charge de la contraception… ; ) Enfin, cerise sur le gâteau, elles sont gratuites ! ; ) (sauf le coût de la formation initiale ou de l’appli à télécharger éventuellement).

Alors, vous savez quelle méthode naturelle de contraception choisir ?

Peu connues et pas du tout enseignées auprès des femmes, les méthodes de contraception naturelle sont pourtant nombreuses et, lorsqu’elles sont utilisées avec rigueur, font preuve d’une fiabilité qui n’a rien à envier aux méthodes hormonales, intra-utérines ou à base de latex. On espère que ce panorama vous aura permis de comprendre les différentes approches et de voir celles qui vous conviennent le plus. N’hésitez pas à lire nos articles dédiés à chaque méthode pour avoir des informations plus précises. Et si vous avez des questions ou des doutes ou encore si vous décidez de vous lancer, racontez nous dans les commentaires !

Laisser un commentaire